Une semaine de liens #3

On vient de terminer une semaine, encore une autre.

#detoutebeauté

On commence par une série de photos de danseurs de ballet dans des situations de la vie quotidienne (via Julien Ménielle). La série ressemble à ça :

VcCpc8h1

Et la suite est par là.

#Finances

Le PLF2014 est en ligne avec en vrac : baisse du taux de TVA sur les entrées des salles de ciné, un prélèvement exceptionnel – mais néanmoins régulier visiblement puisqu’il avait déjà eu lieu l’année passée – sur le fonds de roulement du CNC, augmentation de la taxe de solidarité sur les billets d’avion et modification des modalités de calcul de l’aide aux collectivités et organismes gérant des aires d’accueil des gens du voyage. Entre autres.

Pas si imbitable que ça en a l’air.

#crowdfunding

Restons dans les finances et notamment celle de la recherche scientifique avec un papier à lire sur le crowdfunding et la science – commentaires documentés et intéressants inside. (Via Antoine Blanchard)

#publicité

Deux pubs cette semaine (enfin une et une série). Celles de la Smerep d’abord.

Non seulement les pubs de la Smerep sont sexistes mais en plus elles sont plutôt mauvaises. Plainte des Chiennes de garde + ministère du droit des femmes = le jury de déontologie publicitaire en a déduit qu’elles présentaient les femmes comme « futiles, irréfléchies, sottes voire agressives« . Les hommes ne sortent pas non plus grandis. Le Monde les résume parfaitement :

« Et toi, pourquoi t’as choisi la Smerep ? » « Moi, c’est pour la meuf, mec », répond Greg, l’étudiant « tombeur », qui s’empresse de sortir du champ pour suivre une nouvelle cible féminine. « Pour faire chier ma sœur », lance June « la vénère » ; « parce que je suis parisienne », rétorque Jeanne, assise à la terrasse d’un café bobo ; « J’ai pas vraiment choisi », avoue Thomas, avachi devant sa console de jeux ; tandis que Claire, « la blonde » ingénue en petite culotte, révèle qu’elle pensait recevoir un catalogue de tee-shirts et non une carte de sécurité sociale étudiante. »

Vous avez l’essentiel. Il vous reste à visionner au moins une des pubs pour vous apercevoir qu’aucune ne relève le niveau mais qu’en plus elles ne sont vraiment pas formidables.

La deuxième publicité polémique – parmi d’autres – ? Celle de Guerlain pour la légende de Shalimar. Longue, pénible à regarder avant un film, la majeure partie des spectateurs préfère nettement regarder les fruits Oasis ou les bandes annonces et alors que la pub Shalimar survient, on se surprend à regarder son voisin ou sa voisine, le regard triste et l’oeil morne, « non, pitié, pas ça« .

Faites-vous plaisir pour ceux qui ne l’auraient pas vue :

(Et qu’on m’explique les raisons qui font que la barque sur laquelle Natalia Vodianova découvre son nouvel appartement ne bouge pas alors que la chose sort de l’eau.)

Point #numérique

Dans la catégorie numérique cette semaine, pas d’ennui en vue. D’abord, alors que la 4G débarque dans Paris (entre autres) et qu’Orange ne permet plus de se géolocaliser sans que personne ne soit en mesure de répondre aux abonnés, au salon du e-commerce (e = électronique = Internet = réseaux pour faire court) impossible de se connecter en 3G ou d’envoyer des SMS. Un peu comme aux Solidays ou autres comme le Salon du livre à cette même porte de Versailles, dès qu’il y a plus de 12 personnes réunies à un même endroit, le réseau ne tient plus. Étrange mais compte tenu de la qualité de la 3G à Paris, on attend vraiment avec impatience la 4G (#oupas).

Autre point numérique – et pas des moindres – un bug Gtalk / Hangouts qui soulève la question de par où passent nos messages (mails ou autres) et qui les reçoit. Certains utilisateurs ont en effet reçu des messages Gtalk qui ne leur étaient pas adressés. Jeudi soir à 20 heures ZDNet rapportait que Google avait identifié puis réparé le problème, sans autres explications que celle-ci. Faut-il se sentir rassuré pour autant ?

Rien à voir avec Google ou presque, un texte de Benjamin Le Reilly raconte l’histoire assez chouette d’un auteur ayant opté pour l’autoédition aux US et qui récupéré par une maison d’édition classique / traditionnelle a négocié ses droits de façon à ne vendre que ses droits papier et conserver ses droits numériques.

« Le succès massif de Howey a attiré les éditeurs, qui lui ont proposé plus d’un million de billets contre les droits des lives. L’auteur, malin, aura privilégié un chèque à six chiffres contre la conservation de ses droits numériques. C’est-à-dire que l’éditeur papier n’est plus que ça, un éditeur de papier, et toutes les recettes tirées des versions Kindle part dans les poches de l’écrivain. »

Certes le marché est différent (et bien plus grand aux US) mais cette histoire a le mérite de démontrer que le système traditionnel a plutôt intérêt à évoluer d’un point de vue contrats numériques.

#Culture

Restons dans l’univers du livre mais papier celui-ci avec La Revue dessinée dont vous avez certainement déjà entendu parler. Après un premier tirage à plus de 15.000 exemplaires, la Revue repart en imprimerie et il faudra attendre une dizaine de jours pour recevoir les commandes. Une bien belle aventure pour le moment.

Lien de la #fin

La lettre de Nadejda Tolokonnikova, l’une des Pussy Riot, est disponible ici en anglais, via Delphine Mozin.

D’ici la semaine prochaine, passez un bon week-end.

Une semaine de liens #2

Une nouvelle semaine vient de se terminer. Une autre va commencer. En attendant, c’est le moment de faire le point sur ce qui a fait une semaine de réseaux sociaux (Le choix des liens et autres articles est non-exhaustif, mais faut bien choisir).

 Point #Europe

Cette semaine, Comment l’UE définit la neutralité du Net ? Comme ça :

« l’obligation pour les fournisseurs d’accès internet [FAI] de fournir une connexion sans entrave à tous les contenus, applications ou services accédés par les utilisateurs finaux, tout en régulant l’usage des mesures de gestion de trafic par les opérateurs pour ce qui est de l’accès général à Internet. Dans le même temps, le cadre légal pour les services spécialisés [gérés] est clarifié ».

L’article est long mais peut se lire en mode zen, nouveauté – ou chose ancienne que je n’avais pas encore testée – ô combien agréable.

Du côté de la saga « Google à la Commission européenne », c’est Electronlibre qui informe que le tribunal de commerce de Paris attend la décision de la Commission européenne avant de trancher dans l’affaire qui oppose 1PlusV à Google pour abus de position dominante. À suivre donc dans un prochain épisode.

Toujours dans les couloirs de la Commission européenne, une lutte commence autour des euphorisants légaux. « Le problème des euphorisants légaux en Europe ne cesse de s’aggraver et représente un risque majeur pour les jeunes. Le marché intérieur étant dépourvu de frontières, l’UE doit adopter des règles communes pour s’attaquer à ce fléau » déclarait Viviane Reding. En parlant de frontière(s), une carte des données de la drogue est disponible par ici.

#PointLOL

Si vous n’avez pas encore regardé cette vidéo des Guignols, foncez : la marionnette de François Hollande parodie Papaoutai de Stromae avec Emploioutai.

Et aussi, au cas, la déclaration d’amour d’Autolib à Vélib :

Capture d’écran 2013-09-21 à 11.41.35

Point #important société

On cherche à manger des choses saines et souvent pour pas (trop) cher. On croyait grâce aux publicités de la grande distribution que c’était possible. Naïvement. Et puis on a regardé Cash Investigation de cette semaine. Qui sont les petites mains qui préparent nos légumes bios et pas chers ? À revoir ici pendant encore quelques jours.

La conclusion ?

Et pendant que Barjot accorde une interview terriblement euh … Klaire explique pourquoi elle va lui faire un don et j’ai découvert, grâce à Bembellyle blog de Ervé, qui n’est pas né SDF mais qui l’est devenu.

Point #nucléaire

Le CEA vend une partie de sa participation dans le capital d’Areva pendant qu’une proposition de loi visant à renforcer les conditions d’accès aux installations nucléaires de base (INB) a été déposée. Sur fond de conférence environnementale :

Point #questionnaires et #listes

La bonne nouvelle de la semaine : pour certains (dont moi, certes), vous avez répondu aux questions de Génération quoi au moment de son lancement en version bêta en juillet dernier. Et bien on y est :

Joie pour ceux qui vont répondre aux questions nombreuses, dans un environnement graphique réussi.

Autre sujet, autre étude et c’est l’OBSWeb qui s’y colle avec un questionnaire sur l’usage des réseaux sociaux pour suivre et partager l’information. Rapide et efficace, y répondre c’est essayer de comprendre cet usage, par qui et pourquoi.

Aussi après avoir constitué une liste Twitter des 261 comptes à suivre, Erwann Gaucher a gentiment compilé les 25 blogs incontournables de la rentrée. Inspiration à prendre ici et là dans cette liste de sites francophones ou pas, avec pour ma part un coup de coeur pour le blog Making of de l’AFP.

#Vidéo de la semaine

Et on termine avec la vidéo de la semaine. Sans commentaire.

Une nouvelle semaine peut commencer.

Une semaine de liens #1

On rembobine la semaine, parce que parfois prendre du recul c’est important. Et ça fait donc une nouvelle rubrique ici.

On a bien commencé la semaine, avouons-le : 11 millions d’euros pour l’UMP. Et visiblement ce n’est pas terminé pour le parti qui accuse le coup des autres dettes – en sus des 11 millions donc. Libé s’en fait l’écho. 

#La semaine numérique

Pendant que la 4G semble débarquer, notamment à Paris, un abonné SFR s’est mis en grève de la faim :

« Le septuagénaire, résidant à Maisières Notre-Dame dans le Doubs (près d’Ornans), est privé de sa connexion internet SFR depuis le 23 juillet dernier. Après de multiples appels à la hotline de l’opérateur et un rendez-vous non honoré, cet abonné s’est mis en grève de la faim ce lundi. »

  Soyons rassurés, le retraité a retrouvé une connexion le 6 septembre et a recommencé à manger. Merci les médias. Taz is Geek a déniché une notice de Minitel.

 

Et dans la série interminable « Google à Bruxelles-ton-univers-impitoyable »le géant de la pub Internet a fait de nouvelles propositions que la Commission est en train d’examiner. On leur souhaite de trouver un accord. Un jour.

#Fiscalité

Google -> impôts, je n’y peux rien : association d’idées. Pendant que bon nombre de médias demandent aux contribuables « et vos impôts alors, ça vous fait quoi ? » – Julia, assistante de direction, 2500 euros sans jamais payer d’impôts, dévoile les coins et recoins de son porte-monnaie sur Rue89. En substance, la propriétaire de 36 ans place son argent et s’arrange pour utiliser les niches fiscales, encouragée par Facebook qui ne déclare que 2,5 % de son chiffre d’affaire en France

« Il n’y a pas d’objectif concret, c’est une façon de vivre. Je ne veux plus jamais payer d’impôts, j’en ai trop payé, cela n’arrivera plus. »

 

Sur Twitter, les réactions divergent mais beaucoup s’irritent de la position de la jeune femme : 36 ans, célibataire et sans enfant, elle dépense donc 93 euros par mois en ticket resto pour manger matin, midi et soir. Économies, économies.

Pour rester dans la fiscalité – c’est un peu mon dada depuis plus de deux ans – Arte a diffusé un excellent documentaire sur le plus grand fléau du siècle, à voir pendant encore quelques jours. Ça s’appelle « Evasion fiscale : le hold-up du siècle » et il est aussi bon que le Cash Investigation de la saison dernière. Entre le Delaware et les Caïmans, le coeur des nombreux évadés fiscaux balance. Aidez-les à choisir.

#Médias

Mardi, c’était le lancement de la version bêta de Contexte, le « journal des politiques publiques françaises et européennes« . Numérique, énergie, lobbying et budget pour les thématiques de cette semaine. Sortie de la version définitive prévue le 15 novembre, à suivre.

Sinon, Cash Investigation, le très bon magazine (?) a bien démarré pour la rentrée.

Et Libé qui vient de sortir sa version Libé week-end et une refonte totale de son site, plutôt réussie, explique par la voix de Fabrice Rousselot dans Télérama que tout n’est pas fini et que la presse peut s’en sortir :

« Et puis il y a deux facteurs encourageants qui prouvent qu’il y a toujours beaucoup d’appétit pour les infos. Le premier, c’est que dans la presse comme dans la musique et d’autres secteurs, la génération qui téléchargeait est prête à payer 10 euros pour s’offrir un abonnement à Spotify ou consulter un média. Le second, c’est une étude américaine du Pew Research Center qui montre que les 25-40 ans reviennent au papier le week-end, en prenant plus de temps. »

 

En un mot – ou plus – : se fondre dans le flux oui, mais prendre le temps de prendre le temps c’est bien aussi.

#LOL-culture

Sans commentaire.

 

Du côté « culture », si pour La Bande sonore, j’ai interviewé Girls in Hawaii – papier à venir – et tourné avec Diane Roudeix une session acoustique du québécois Peter Peter qui devrait faire parler de lui en France – les images sont en cours de montage – vous ne pouvez passer à côté de cet album de duo virtuel :

Et la vidéo de la semaine : Les Gobelins présentent Annie, un film d’étudiants. L’animation française a encore de beaux jours devant elle.

Bon week-end ! Et merci à Twitter : dans le prochain épisode, il y aura un merci pour chacune des sources, ce qui n’est pas le cas là aujourd’hui.